Les calèches de Montréal

Les calèches de Montréal

Luc Plante + Charles Godbout

2017

Redonner ses lettres de noblesse à la calèche

NOTRE MISSION

Si elles contribuent à véhiculer une ambiance romantique dans le Vieux-Montréal, force est toutefois d’admettre que les calèches provoquent des réactions partagées. Désorganisation et mauvais traitements sont en effet couramment dénoncés par les citoyens et par la Ville de Montréal, et cette dernière reconnaît que des solutions innovantes sont nécessaires afin d’assurer la perpétuité de cette tradition.

Ainsi, le désir de la Ville de Montréal de se procurer des nouveaux postes d’attente pour les calèches est conforme à leur souhait de réformer cette activité touristique longtemps laissée à la dérive. Cela passe en premier lieu par l’amélioration du traitement réservé aux chevaux, et par de meilleures conditions de travail pour les caléchiers.

En attribuant le mandat à Charles Godbout (TOPO Design) et Luc Plante (Luc Plante architecture + design), la Ville s’assure d’avoir des infrastructures qui traduisent et concrétisent leur volonté de réformer l’industrie des calèches montréalaises. En effet, le design conçu est le fruit d’une collaboration entre différents spécialistes, dont plusieurs constituent des références dans le monde équestre.

Si les opinions autour de cet attrait touristiques sont divisées, on peut néanmoins considérer que l’amélioration des conditions de vie de ses membres contribuera à redorer la réputation de cette industrie.

Grâce à une dimension informative faisant partie intégrante du projet, le public peut d’ailleurs pleinement saisir les conditions ambiantes dont le cheval fait l’expérience. En effet, un hygromètre, un thermomètre et un point d’information intégrés à chacun des postes permettent de rendre tangible la réalité des chevaux.

 

DESIGN ET CONCEPT

Pour ce qui est du design final, nous avons privilégié l’élaboration d’une famille d’éléments qui, une fois assemblés, forment un ensemble cohérent. Ainsi, le projet s’articule autour d’une composante principale : une structure pare-soleil présente dans tous les postes d’attente. Ce module établit le vocabulaire visuel architectural, et son armature, en plus d’offrir aux chevaux et cochers confort et répit, agit comme support pour la signalisation et l’information liés aux calèches.

Le concept est simple : deux mâts supportent la structure du module pare-soleil, qui est orientable. Le pare-soleil est constitué d’un plan courbe en aluminium perforé et est tenu par le mât le plus avancé. Ce dernier, adjacent à la tête du cheval en attente, est porteur des éléments de service tels que l’arrivée d’eau, l’abreuvoir et le point d’attache.

Une membrure transversale peut également être installée entre les deux mâts afin d’offrir un support aux cochers souhaitant se reposer et aux clients en attente de monter à bord.

Les installations de calèche sont parfaitement adaptées aux saisons québécoises. L’hiver, le pare-soleil peut être partiellement défait; les mâts peuvent être démontés au tiers de leur hauteur, et l’on peut décider de ne garder uniquement que la partie horizontale (avec les bancs) pour la saison froide.

Visuellement, le style retenu possède une facture contemporaine classique en totale harmonie avec l’environnement patrimonial du Vieux-Montréal.

 

3D: Luc Plante architecture + design

Texte: Luc Plante architecture + design et TOPO Design